Retour à l'aperçu


Numérisation

Numérisation et automatisation sont souvent citées comme un motif de changement de compétences à l’avenir. Les technologies évoluent à toute vitesse. Pour suivre le rythme en termes de productivité et de collecte d’informations, les entreprises n’ont d’autre choix que d’investir davantage dans l’automatisation de leurs processus et l’utilisation d’outils numériques sur le lieu de travail. Toutes les entreprises du secteur tiennent déjà compte de ce scénario. Certaines sont toutefois plus avancées que d’autres.

Affûtez les compétences de demain de vos collaborateurs et passez à l’action !

Vous trouverez ci-dessous les 6 principales influences pour ce scénario:

Exploitation des technologies (de communication) mobiles et numériques

En savoir plus ...

Transition vers des modes de configuration, de commande et d’enregistrement contrôlés par ordinateur

En savoir plus ...

La surveillance des données (de processus) remplace le contrôle sensoriel et la commande intermédiaire

En savoir plus ...

Traitement automatisé des matières premières et du nettoyage des machines

En savoir plus ...

Nouveaux partenaires issus d’autres disciplines

En savoir plus ...

L’acquisition et le transfert de connaissances de plus en plus importants dans l’emploi du temps

En savoir plus ...

Formations gratuites à l'honneur

Quelle est l'influence de cette tendance sur les collaborateurs?

Exploitation des technologies (de communication) mobiles et numériques

Les technologies numériques (et mobiles) peuvent soutenir l’exécution de très nombreuses tâches sur le lieu de travail. Les collaborateurs qui utilisent ces appareils et applications à bon escient pourront effectuer différentes tâches plus facilement, plus rapidement et/ou plus efficacement. La documentation du travail accompli sera également plus rapide, car elle se fera sur place, via un système de gestion centralisé. Ces données pourront à leur tour alimenter directement le planning et permettre d’automatiser (partiellement) la gestion des matériaux et des pièces de rechange.

La numérisation permet également de collaborer différemment (par exemple Skype), de fournir des informations en temps réel sur les tâches de maintenance et de réparation (Google Glass pour les interventions d’urgence) ou encore de rester informé(e) en ligne. La numérisation permet d’accéder aisément aux données d’enregistrement et, le cas échéant, de les visualiser pour faciliter l’élaboration de la planification. Étant donné que les outils impliquent une certaine complexité en raison de leur large éventail d’applications, le savoir-faire approprié est requis. Du fait de l’imbrication intense des processus par le biais de la numérisation, l’impact des erreurs est aussi plus élevé, tandis que la tolérance à cet égard diminue.

Transition vers des modes de configuration, de commande et d’enregistrement contrôlés par ordinateur

L’automatisation et la numérisation simplifient la configuration et la commande des machines et réduisent le temps et la charge de travail nécessaires à cet effet. Le contrôle par ordinateur substituera la commande manuelle et permettra de configurer les programmes de production à l’avance. Les différentes étapes de production pourront ainsi se succéder sans encombre, sans l’intervention d’un opérateur. Le registre de production (par exemple l’utilisation des matières premières) sera également (quasiment) automatisé dans un tel environnement.

Dans le cadre de cette évolution, les collaborateurs devront faire confiance à ce mode de commande et cet échange d’informations numériques et utiliser ces outils avec un maximum d’efficacité. Ils devront, par ailleurs, être capables de repasser rapidement à la configuration, à la commande et à l’enregistrement manuels en cas de défaillance technologique. Une compréhension approfondie des processus est donc de mise.

La surveillance des données (de processus) remplace le contrôle sensoriel et la commande intermédiaire

L’automatisation permet de surveiller et d’identifier (en temps réel) les aspects de qualité et les irrégularités des produits, machines et processus par le biais de capteurs et autres appareils de mesure. L’évaluation de la qualité des produits et la détection des irrégularités pourront donc s’effectuer aussi bien par voie numérique que par les sens. L’attention se déplacera, en outre, progressivement du suivi du produit au suivi du processus : si le processus est stable, le produit le sera aussi. Il sera de plus en plus question de « surveiller » que de « commander ».

La numérisation est d’autant plus frappante au sein de notre entreprise, car nous disposons d’un parc de machines assez ancien, mais très fiable. Le remplacement d’une machine entraîne un changement considérable, car les collaborateurs n’ont plus eux-mêmes le contrôle total du processus.

Traitement automatisé des matières premières et du nettoyage des machines

L’automatisation des processus se concentrera, selon toute probabilité, sur la quantité adéquate de matières premières et sur le nettoyage des (composants des) machines. L’effort physique et le temps nécessaires à ces tâches seront ainsi revus à la baisse. Dans le cas de l’approvisionnement en matières premières, l’automatisation réduit la durée pendant laquelle le collaborateur doit se concentrer sur l’ajout des quantités adéquates. Ce dernier doit toutefois évidemment rester capable de commander les systèmes automatisés pour l’approvisionnement en matières premières et le nettoyage.

Nouveaux partenaires issus d’autres disciplines

La numérisation et les techniques d’analyse avancées se manifestent par de nouvelles collaborations avec de nouveaux partenaires : développeurs de logiciels, mathématiciens, data scientists, etc. Des partenaires qui se distinguent des parties habituelles en termes de perspective, d’approche et de langage. La capacité à combler le fossé avec ces nouvelles disciplines devient un facteur de succès dans la mise en œuvre de scénarios. L’intensité des concertations à ce sujet doit également être renforcée.

L’acquisition et le transfert de connaissances de plus en plus importants dans l’emploi du temps

L’automatisation et la numérisation se traduisent par un besoin accru de connaissances et, par conséquent, de temps pour leur acquisition et leur transfert. Ceci s’applique également à d’autres scénarios qui nécessitent des connaissances supplémentaires (diversification du parc de machines, intensification des processus, etc). La courbe d’apprentissage au cours d’une carrière ne s’aplanira donc plus, tandis qu’on verra naître de nouvelles manières d’approfondir et d’actualiser les connaissances. Le besoin croissant de capacités d’apprentissage sera probablement compensé, dans une certaine mesure, par la spécialisation.

Le projet du Cefochim validé par le FEDER permettra d’acquérir entre 2017 et 2020 pour 1.067.000 € d’équipements de pointe identiques à ceux rencontrés en production. Ils permettront aux apprenants d’acquérir des compétences en lien avec les évolutions scientifiques, technologiques et numériques rencontrées en production chimique et pharmaceutique.

Quelles compétences en seront affectées?

  • Kan onregelmatigheden in de grondstoffen, de producten, de werking van de machines of de opdrachten tijdig opmerken

  • Kan het eigen werk inschatten, organiseren en plannen

  • Kan werkorders en ondersteunende documentatie (bvb. tekeningen) begrijpen

  • Kan grondstoffen aanvoeren, afwegen en in proces brengen volgens de recepten en voorgeschreven procedures

  • Kan volgens voorgeschreven procedures stalen nemen en eenvoudige kwaliteitstesten uitvoeren op grondstoffen, halfafgewerkte en afgewerkte producten

  • Kan zich op de hoogte houden van de installaties, systemen, het proces en de technieken