Retour à l'aperçu

Développement/optimisation des processus dans le secteur de la chimie et des matières plastiques

Choisir la méthode de production et de livraison d’un produit et/ou d’un service. Ce processus comprend l’élaboration de procédés chimiques (en vue de la production industrielle), l’optimisation de la stabilité, de la sécurité et du rendement des processus de production, ainsi que la coordination des différents maillons de la chaîne logistique.

Affûtez les compétences de demain de vos collaborateurs et passez à l’action !

Vous trouverez ci-dessous les 6 principales influences pour ce processus:

Plus d’autonomie dans le travail et la prise de responsabilités

En savoir plus ...

L’informatique, un nouveau domaine d’expertise à suivre

En savoir plus ...

La composante « connaissance » revêt une autre dimension

En savoir plus ...

Des alternatives ergonomiques et plus sûres aux interventions humaines, un autre domaine d’expertise à suivre

En savoir plus ...

Style de gestion adapté

En savoir plus ...

Nouveaux partenaires issus d’autres disciplines

En savoir plus ...

Principales influences au sein de ce processus

Plus d’autonomie dans le travail et la prise de responsabilités

L’évolution vers des équipes plus autonomes modifie la structure et le contexte dans lesquels les tâches sont effectuées. Les collaborateurs doivent être en mesure d’assumer leurs responsabilités également dans ce type d’environnement et de garder un œil attentif sur les responsabilités des autres (peer management). En même temps, ils seront évalués non plus sur l’exécution de tâches spécifiques, mais sur leur capacité ou non à assumer leurs responsabilités. Les équipes autogérées impliquent donc non seulement l’exécution des tâches en plus grande autonomie, mais aussi dans un contexte de définition moins stricte ou moins spécifique des tâches.

L’informatique, un nouveau domaine d’expertise à suivre

La numérisation (p. ex. la mise en œuvre d’un nouveau système ERP) permet d’améliorer les processus, bien que cette évolution se manifeste dans bien d’autres domaines que le seul secteur du traitement chimique ou des infrastructures physiques. Toute personne impliquée dans le développement et l’optimisation des processus doit également discerner et évaluer les possibilités du numérique : stockage, récupération, accès, représentation ou encore reporting (amélioré) des données.

La composante « connaissance » revêt une autre dimension

Tandis que la diversification et la pénétration de nouveaux marchés impliquent le développement de produits radicalement différents et que l’intensification des processus engendre de nouveaux processus, le produit (et donc aussi la composante « connaissance » liée au processus visé) et le développement de produits devront nécessairement évoluer.

Des alternatives ergonomiques et plus sûres aux interventions humaines, un autre domaine d’expertise à suivre

La poursuite de l’automatisation crée un nouveau domaine d’expertise : quelles interventions humaines remplacer par des opérations machine ? Et comment exploiter l’automatisation et la robotique pour rendre les interventions humaines ergonomiques et plus sûres ?

Style de gestion adapté

Le style managérial du superviseur est déterminant pour mener à bien l’intensification des processus ou le changement ou sein d’une organisation. Que ce soit pour élever les collaborateurs à un niveau de performance supérieur ou pour les impliquer dans ce trajet d’évolution. Les choix stratégiques qui seront opérés au cours des prochaines années dépendront dans une large mesure de la capacité de ceux qui jouent un rôle dans la direction, la gestion, l’accompagnement, la motivation et la mobilisation des collaborateurs et des talents. Sans approche appropriée de leur part (renforcement positif, contextualisation des attentes en matière de changement, accompagnement ciblé des tâches critiques, communication, etc.), la transition pourra difficilement être réalisée.

Nouveaux partenaires issus d’autres disciplines

La numérisation et les techniques d’analyse avancées se manifestent par de nouvelles collaborations avec de nouveaux partenaires : développeurs de logiciels, mathématiciens, data scientists, etc. Des partenaires qui se distinguent des parties habituelles en termes de perspective, d’approche et de langage. La capacité à combler le fossé avec ces nouvelles disciplines devient un facteur de succès dans la mise en œuvre de scénarios. L’intensité des concertations à ce sujet doit également être renforcée.

Quelles compétences en seront affectées?

  • Se tenir informé des nouvelles découvertes scientifiques et technologiques, des changements dans les législations pertinentes et des expériences retirées des projets en cours

  • Consulter diverses parties prenantes (direction, développement de produits, propre équipe, opérateurs, partenaires externes, etc.) et échanger les défis, problèmes, idées et solutions liés au développement ou à l’optimisation d’un processus

  • Identifier, de manière proactive et réactive, les possibilités et les besoins d’amélioration (en termes de rendement, de sécurité, d’impact environnemental, de conformité réglementaire, etc.) au sein des processus existants

  • Effectuer et documenter des travaux de recherche et d’essai

  • Explorer et établir des collaborations avec des personnes qui transmettent leur savoir ainsi que des fournisseurs de produits et d’infrastructures

  • Interpréter les travaux de recherche et d’essai du point de vue du développement et de l’optimisation des processus et rendre compte des résultats