Retour à l'aperçu

Création dans un contexte moins automatisé dans le secteur de la chimie et des matières plastiques

Transformer des matières premières en produits finis ou semi-finis stables, par le biais d’un traitement chimique. Il s’agit généralement de la production par lots de produits chimiques spécialisés de haute qualité, en petites quantités, pour des marchés de niche spécifiques (certains silicones, masterbatches, peintures, etc.).

Affûtez les compétences de demain de vos collaborateurs et passez à l’action !

Vous trouverez ci-dessous les 6 principales influences pour ce processus:

Évolution radicale des spécifications et des paramètres critiques

En savoir plus ...

La marge d’erreur diminue ; les attentes augmentent

En savoir plus ...

Transition vers des modes de configuration, de commande et d’enregistrement contrôlés par ordinateur

En savoir plus ...

La surveillance des données (de processus) remplace le contrôle sensoriel et la commande intermédiaire

En savoir plus ...

Importance croissante de la capacité d’apprentissage, en mettant l’accent sur l’acquisition et l’échange de connaissances en phase de transition

En savoir plus ...

Une pression croissante pour le respect strict des procédures

En savoir plus ...

Principales influences au sein de ce processus

Évolution radicale des spécifications et des paramètres critiques

Des ordres de travail aux protocoles et échéanciers, en passant par les spécifications des produits et des machines : tout change radicalement lorsqu’on dessert soudainement un autre marché aux attentes différentes. Les attentes persistent, mais le passage à un ensemble de produits entièrement nouveaux, avec d’autres spécifications, exige une certaine flexibilité et une certaine adaptation dans le chef des collaborateurs.

La marge d’erreur diminue ; les attentes augmentent

La spécialisation se traduit par des produits à plus forte valeur ajoutée et nécessite donc des exigences plus élevées en termes de précision de la production. La tolérance aux erreurs diminue à chaque étape et le contrôle de la qualité devient plus strict. L’exploitation plus intensive du processus exige, en outre, une élévation générale du niveau d’exécution des tâches (planification plus réaliste, actualisation ciblée et dynamique de son propre domaine d’expertise…). Cela ne se fera pas spontanément, mais s’accompagnera d’un style de direction, de gestion et de suivi adapté ; d’une meilleure compréhension du processus de production et des installations ; de la disponibilité d’informations plus riches au moment et à l’endroit où elles sont pertinentes ; d’une concertation plus intensive et, le cas échéant, d’une répartition plus ciblée des tâches et des responsabilités (prévoir un superviseur pour les tâches critiques, composer des équipes complémentaires pour les missions, etc).

Transition vers des modes de configuration, de commande et d’enregistrement contrôlés par ordinateur

L’automatisation et la numérisation simplifient la configuration et la commande des machines et réduisent le temps et la charge de travail nécessaires à cet effet. Le contrôle par ordinateur substituera la commande manuelle et permettra de configurer les programmes de production à l’avance. Les différentes étapes de production pourront ainsi se succéder sans encombre, sans l’intervention d’un opérateur. Le registre de production (p. ex. l’utilisation des matières premières) sera également (presque) entièrement automatisé dans un tel environnement.

Dans le cadre de cette évolution, les collaborateurs devront faire confiance à ce mode de commande et cet échange d’informations numériques et utiliser ces outils avec un maximum d’efficacité. Ils devront, par ailleurs, être capables de repasser rapidement à la configuration, à la commande et à l’enregistrement manuels en cas de défaillance technologique. Une compréhension approfondie des processus est donc de mise.

La surveillance des données (de processus) remplace le contrôle sensoriel et la commande intermédiaire

L’automatisation permet de surveiller et d’identifier (en temps réel) les aspects de qualité et les irrégularités des produits, machines et processus par le biais de capteurs et autres appareils de mesure. L’évaluation de la qualité des produits et la détection des irrégularités pourront donc s’effectuer aussi bien par voie numérique que par les sens. L’attention se déplacera, en outre, progressivement du suivi du produit au suivi du processus : si le processus est stable, le produit le sera aussi. Il sera de plus en plus question de « surveiller » que de « commander ».

Importance croissante de la capacité d’apprentissage, en mettant l’accent sur l’acquisition et l’échange de connaissances en phase de transition

La transition vers un nouveau marché ou des évolutions telles que l’automatisation entraînent une phase d’acquisition et de transfert de connaissances, avec un besoin accru de capacités d’apprentissage, d’améliorations et de collaborateurs capables de détecter ces possibilités. Les compétences d’apprentissage, les compétences de concertation et le talent d’identifier les possibilités d’amélioration sont, en ce sens, essentiels en termes d’emploi du temps et d’importance stratégique.

Une pression croissante pour le respect strict des procédures

La production just-in-time implique une tolérance zéro à l’égard des erreurs. Afin que le processus de production se déroule sans encombre du premier coup (first time right), le strict respect des procédures validées sera plus que jamais de mise. Les collaborateurs devront appliquer ces règles à la lettre.

Quelles compétences en seront affectées?

  • Identifier à temps les irrégularités des matières premières, des produits, du fonctionnement des machines ou du déroulement des missions

  • Configurer la (les) machine(s) selon les paramètres prescrits par le processus

  • Gérer l’approvisionnement, l’examen et le traitement des matières premières conformément aux ordonnances et aux procédures prescrites

  • Collaborer avec les membres de son équipe et avec d’autres collègues (superviseurs, ingénieurs process, équipes de maintenance)

  • Identifier et nommer les possibilités d’amélioration dans la planification, le processus de production et la formulation

  • Évaluer, organiser et planifier son propre travail